ECRIVAINS-FR

Un forum VIP pour ceux qui veulent écrire des bouquins en tous genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Tina -- la Salle des Duels aux héros -- HdA

Aller en bas 
AuteurMessage
GoldenredDragon
Novice
Novice
avatar

Nombre de messages : 18
Localisation : Suisse
Date d'inscription : 26/05/2006

MessageSujet: Tina -- la Salle des Duels aux héros -- HdA   Ven 26 Mai - 10:44

Sur le site HdA, on a une salle des héros, ou on peut écrire des duels, et on se tape dessus... C'est l'idée de Dylfos, et je mets mes textes ici, pour la lecture à tous...

J'espère que c'est bien, mettez des commantaires! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GoldenredDragon
Novice
Novice
avatar

Nombre de messages : 18
Localisation : Suisse
Date d'inscription : 26/05/2006

MessageSujet: Re: Tina -- la Salle des Duels aux héros -- HdA   Ven 26 Mai - 10:45

Duel entre GoldenredDragon vs. PAC, personnages Tina vs. Glazb'ruk



Tina marche vers son village, passant par les clairières, et au-dessus des rivières, sur la route qui mène aux grandes villes. Elle a passé sa journée dans un petit coin de forêt bordé de ruisseaux. Ecoutant les oiseaux et le vent, sa journée avait été agréable. A cet instant de l'aventure, la femme marche dans une scène dorée, le soleil couchant face à elle. Les quelques nuages restant de l'orage du matin, planent loin au-dessus de la forêt et des collines. Armé de ses rayons dorés, le soleil mourant frappe les sommets lointains des montagnes. La splendeur du crépuscule couronne la scène de cette femme qui marche dans la forêt, bercée d'une aura de lumières.

TIna arrive à la dernière clairière avant le village, la Clairière du Rocher. De multiples légendes sur des Druides et des Esprits parcourent ce rocher, juché au centre du cercle d'arbres. D'ailleurs, regardant cet art de la nature, elle le voit différent de son habituel plat sommital. Une forme sombre y est perchée, des petits yeux luisants et malsains sont inscrits dans la pierre. Aussi soudainement qu'elle le voit, la forme laisse place à quelques fumerolles vertes, qui disparaissent en un endroit pour avancer quelque peu. L'herbe de la forêt semble pousser des flammèches vertes, qui apparaissent toujours plus près de Tina. Elles s'arrêtent toutes à quelques mètres.

En un instant, les instincts de Tina prennent le dessus, alors que plusieurs événements s'analysent dans son cerveau. Les fumerolles disparaissent. Un Goblin assez grand apparaît à un pied et demi de son corps, auréolé de lumière verte. Une dague à la lame changeante se glisse instantanément vers son coeur. Le temps arrêté dans l'esprit des deux êtres, ils se contemplent mutuellement. La lame continue sa course mortelle, tandis que le bras gauche de Tina décrit un arc. Les deux se rencontrent à quelques pouces de sa poitrine, chassant le coup décisif vers l'extérieur, non sans entailler la chair du membre sauveur. Le temps reprend ses droits sur les deux combattants. Tina recule rapidement, l'avant-bras en sang. La créature saute en arrière en ricanant, tenant une lame maladive. Le picotement du sang qui coule de sa plaie la dérange. C'est plus rapide qu'habituellement, trop propre, la taille est droite, pure et parfaite! Tina ne peut que contempler cette entaille.
"-Qui es-tu, créature?"
"-Glazb'ruk! zwvadeta! tu va mourir!"
Rires sadiques. Tina observe son bras, et ne peut que constater qu'il a raison, son sang coule comme d'une outre percée.
"-Tu mourra avant moi, mécréant! Mutation dégénérée..."
"-Tous dit ça! Niehinhi! ça ferme pas!"
"-Qui t'envoie?!"
"-Dirai pas! zwvadeta!"
Avant la fin de ses mots, Tina bondit sur le Goblin, refermant la distance en un instant. Une traînée de perles rouges suit le mouvement de son bras en un arc mortel. Le gant de cuir lui frôle l'oreille. La tête du peau-verte suit le décalage de son corps. Le bond le place dans un arbre, à plusieurs mètres de Tina. Une giclée de sang tombe au sol, teintant une fleure de rouge.

Le combat s'ensuit, rapide comme le vent, enchaînant des coups jamais finalisés. Les parades et esquives fusent. Les adversaires passent plus de temps en l'air qu'au sol, chacun usant de ses muscles à plein potentiel. Tina ressent la fatigue qui arrive à grands pas, emplie d'une faiblesse. Son coeur s'accélère. La coupure de son bras gauche n'est plus distinguable, enveloppée d'une teinte sanglante. Les perles rouges volent hors de sa chair et tachent ses habits. Les dagues du Goblin se retrouvent toujours entre elle et lui. Elle les évite, ayant sentit l'effet sur sa personne... Après une courte poursuite dans la forêt, les deux antagonistes se retrouvent vers la clairière.

L'entraînement du combat, l'excitation et l'afflux de fluides s'ajoutent dans son métabolisme. L'énergie lui parcours les veines. L'instant où elle passe le cercle d'arbres, elle bondit, la force nouvelle annulant ses faiblesses et ses douleurs. La distance entre elle et l'assassin se ferme en un clignement d'oeil. Il n'a pas le temps de réagir alors que Tina l'agrippe des deux mains. Elle enserre la tête de l'être immonde, tout en prenant appui sur le sol. Sa jambe envoie toute la force qu'elle a contre la terre meuble. Le couple s'élève à une quinzaine de pieds de l'herbe. Une torsion des hanches plus tard, Tina accomplit un arc létal. Ayant lâché sa prise sur la tête, elle lui prend le pied. Toute la force de sa rotation est transférée en énergie verticale... Le Goblin percute le rocher de plein fouet. Un sinistre craquement d'os retentit dans la clairière. Tina termine sa course quelques pieds plus loin, se relevant gracieusement suite à sa roulade. Lentement, elle approche du corps brisé de Glazb'ruk.
"-Qui t'envoie, vile créature?"
La réponse ne vient pas. La rage guide la poing de Tina vers la tête souffrante. Un flash de magie brute enveloppe les deux personnages. Le poing termine sa course dans le rocher. Le Goblin est couché au sol, entre les jambes de la femme. Elle prend appui contre la pierre, et fait un salto avant, levant ses jambes au ciel. A la verticale, sa tête pointe au sol, son regard fusillant le corps brisé. Glazb'ruk voit sa cible terminer son envol, ses pieds pointant vers sa tête, les bras en croix contre sa poitrine. Un détente et les bottes de cuir terminent l'acrobatie dans le torse du Goblin. Tina se dégage, et le secoue violemment, le tenant par les oreilles.
"-Qui est-ce? C'est Eux?!"
Le peau-verte ne peut répondre, son corps si figeant. Une effluve de magie fluorescente parcourt son corps, le transformant en roche. Il fusionne avec le Rocher de la Clairière. Sa tête reste de chair, ses yeux suppliants. D'un accès de rage, Tina frappe cette tête avec force. Il ne reste qu'une statue décapitée, assise contre un rocher au milieu d'une clairière...

Epuisée, elle met le genou droit au sol, son bras gauche pend sur son flanc. Le petit ruisselet de fluide vital coule encore de la plaie. Son regard brun redécouvre la coupure. Elle se relève péniblement, et se fait un garrot au bras... Elle regarde la statue de pierre, et cherche tout objet de valeur qui n'a pas été muté par la décharge magique. Rien. Elle reprend sa marche en direction du village. Elle va à la maison du sage. Après un jour et une nuit, il arrête le saignement de cette plaie, heureusement superficielle. Tina reste faible pendant quelques jours, se nourrissant des breuvages du vieil homme.

Elle récupère finalement assez vite, et peut continuer son petit travail anodin, et sa vie retirée, loin des batailles. Elle y repense, et désir vivre sa vie normale, effacée de son passé torturé.
"Ils ne m'auront pas."
Elle reprend une marche agréable, vers le petit vallon de forêt, là où tout avait commencé. Le soleil se lève, embrasant le ciel de teintes pourpres, vertes, jaunes, tout un bal de couleurs. La douce bruine matinale enveloppe le bas de la vallée, grisonnant la scène, ajoutant un contraste. Le vent chaud et calme caresse les cheveux de la femme, qui observe ce spectacle de splendeur. Elle repense à la semaine écoulée, et regarde cet endroit avec une lueur de mélancolie. Combien de temps encore sera-ce son paradis, sa retraite?

Tina s'élance dans la forêt, courant d'arbres en arbres, du sol aux feuillages...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GoldenredDragon
Novice
Novice
avatar

Nombre de messages : 18
Localisation : Suisse
Date d'inscription : 26/05/2006

MessageSujet: Re: Tina -- la Salle des Duels aux héros -- HdA   Ven 26 Mai - 10:46

Duel entre GoldenredDragon et Dylfos, personnages Tina vs. Némesis



"-Alors ma fille... Comment ce fait-il que tu as dormi 7 jours entiers?
-Aussi longtemps?
-Le cousin t'a retrouvée la nuit, alors que tu errais en direction du village. Tu était très fatiguée Tina...
-Oui... J'ai du... protéger le village. Une créature des enfers en avait après ma vie, et celles des toute la région.
-Prend ton temps. Tiens, bois ce breuvage, il donne la force au corps, et libère l'esprit de ses maux.
-Merci, j'en ai besoin.
-Raconte, les enfants veulent d'une aventure...
-D'accord. Laissez-moi me rappeler. C'était le soir... Je faisais une promenade dans la forêt. Vous vous rappelez l'histoire avec ce Goblin qui s'était transformé en pierre? Nous étions allés voir ensemble. Eh bien il n'était plus là! Mais le Rocher est toujours au centre de la Clairière..."

Tina marche dans la forêt. Elle va vers son vallon préféré des collines environnantes. Le chant des oiseaux est faible dans la chaleur du soir. Elle connaît bien ce chemin, et avance rapidement parmi les buissons et les troncs. Elle débouche sur une arrête. Le soleil de fin d'après-midi la frappe de plein fouet, à une demie-heure du coucher. Embrasé, le ciel arbore des teintes diverses et complémentaires. Tina respire la brise du soir, et descend dans le vallon, vers les étangs et les ruisseaux qui bordent le torrent. Ici la forêt est plus clairsemée, et le sol recouvert de mousses et de lichens. Quelques pierres ça et là brisent le vert émeraude de la scène. Le jeu d'ombres entre les roches, les arbres et les branches rend cet endroit mystique. La lumière filtre en rayons jaunes et oranges, un contraste net avec les plantes.

Dans un groupement d'arbres proches du plus grand des étangs, un forme écailleuse observe la jeune femme d'un regard rouge. Cette créature ancienne attend patiemment l'arrivée de Tina. Elle le remarque assez facilement.

"-Et là je me suis demandé ce que pareille créature pouvait faire dans mon vallon! Elle était noire comme les nuits d'orage, et ses yeux rouges comme la braise! Elle m'a interpellée d'une voix froide et sèche... Tu te rappelle la sensation Klaus, lorsque tu t'était griffé sur cette pierre l'hivers passé? Eh bien c'était comme ça, mais dans le coeur... Il m'a dit: "tu sssais où est mon frère!" comme un sifflement de serpent. J'ai pas tout de suite compris ce qu'il voulais. Je vous avait parlé de "Eux", les gens qui nous veulent du mal. Eh bien, avant qu'ils ne deviennent méchants, je travaillais pour eux. J'y ai obtenu des histoires de ces créatures maléfiques. Ils les appelaient les "Fléaux d'Ombre"... C'était le deuxième que je voyais de ma vie!
-Tu as eu peur Tina? s'écrie la petite fille de l'Ancien.
-Un peu Anjia, mais je savais à quoi m'attendre.
-Il était fort? questionne Peter.
-Bien sur, ces démons sont très anciens! Mais laissez-moi raconter la suite de l'histoire, on y arrivera! Et pas d'interruptions!
-Promis! disent-ils tous ensemble."

"-Tu sssais où est mon frère!
-Je n'ai rencontré qu'une seule créature de ton espèce, et je l'ai tuée pour préserver cette planète!
-Mensssonge! Les Fléaux d'Ombre sssont invinsssibles! Dis-moi où il est, où je te le ferai dire au travers de ta douleur!
-Tu es comme lui... Je vais te nettoyer de cette planète, et libérer les âmes que tu as condamnées!"
Sur ce, Némesis ricane d'un sifflement.
"-Sss'est la fin pour toi..."
Némesis dégaine une épée malsaine, enveloppée de lumière noire. Il s'élance d'un bond vers la femme. Tina, en position de défense depuis le début de la conversation, esquive facilement la tranche de la lame. Elle en profite pour assener un violent coup de poing dans la tempe du Fléau d'Ombre. A peine 20 secondes de combat rapide plus tard, Tina parvient à prendre la garde dans la main, et d'un coup de hanches, elle désarme Némesis. Elle regarde l'arme quelques instants, s'étant dégagée. Un picotement de sa paume l'inquiètes et elle lance l'épée dans le torrent proche.
"-Tu a profité de mon inattention, mais il me ressste bien des choses à te faire voir, plus tu sssurvivra longtemps..."
Sur ces paroles, il dégaine ses deux glaives, et se met à tournoyer rapidement en direction de Tina. La première esquive a pour effet de ficher un glaive dans le tronc d'un arbre. Un peu plus tard, le second glaive va rejoindre sa compagne épée dans le torrent.
"-C'est tout ce que tu as, Fléau?
-Sssache que j'ai plus que de sssimples bouts de métal comme armes!"
Il ferme les yeux, un éclair frappe un arbre proche, les flammes s'éteignent aussi rapidement que le bois se consume.
"-Sss'était un apersssu... Dis-moi où est mon frère!"
Une seconde... Deux secondes... Tina entame un sprint, s'éloigne, et saute par dessus un petit étang. Intrigué, Némesis regarde les acrobaties de cette femme. A peine est-elle de l'autre côté, qu'un nouvel éclair frappe un arbre proche. Il est réduit à l'état de cendres en quelques secondes, pendant que l'Ombre déclame:
"-Cette forêt empêche mes éclairs de te toucher... On va voir ce qui reste de toi face au feu...
-Tu ne m'intimide pas! Je ne te dirai rien."
Tina se prépare, de l'autre coté de l'étendue d'eau, à porter son attaque. Elle sait de cette race qu'ils deviennent sensibles aux opposés des magies qu'ils utilisent... Elle attend son attaque, prête à bondir sur l'occasion. Les yeux de son ennemi s'embrasent, mais son corps reste immobile. L'univers de Tina se trouble. Une chaleur intense s'installe dans l'air ambiant. Les formes autour d'elle oscillent très rapidement. Elle voit des étincelles naître entre les courants d'air, le tout devient rouge orangé. Au même instant, ses réflexes la font sauter de côté. Un air frai lui perce la peau. Se retournant aussitôt, elle se retrouve face à une sphère rougeoyante, irradiant de chaleur et de magie.
Tina ne prend pas le temps de considérer l'effet d'une pareille puissance. Elle plonge vers l'étang, et par sa connaissance parfaite de son corps et de ses forces, elle projette un jet d'eau vers la créature des enfers. D'un bond, sa jambe suit la course du liquide, la mouillant de fines gouttelettes. Toujours enveloppé dans sa magie, le Fléau ne peut agir face à la femme qui fuse vers lui. Le pied frappe la tête de Némesis au moment où l'eau le percute de plein fouet. Furieux de s'être laisser faire si facilement, il perd sa concentration, et la sphère qui suivait lentement Tina s'éteint d'elle-même.
Elle voit dans son regard la haine et la frustration. Elle ne peut s'empêcher de sourire. Les fentes rouges se rétrécissent. Un ricanement dédaigneux se fait entendre alors qu'elle sent une vague de puissance s'accumuler autour de son adversaire. Elle lève les yeux au ciel, comme hypnotisée. Rouge non pas du crépuscule, mais d'une pluie profane, elle voit le feu tomber du firmament. Les arbres se brisent sous les impacts, les racines se consument. La chaleur est telle que l'eau s'évapore. Au milieu de cet enfer sec et aride, Tina esquive, saute, évite les goûtes de feu. Un sentiment de tristesse l'envahit. Les flammes, la terre brûlée; ce qui fut autrefois son paradis, se réduit en cendres sous ses yeux.
La pluie s'arrête. Une larme perle sous l'oeil marron de Tina, seul reste d'humidité dans le vallon. Sa respiration est sèche. Une silhouette noire se dessine parmi les fumerolles et les troncs calcinés. Une deuxième larme viens rejoindre la première sur les joues de la femme. La troisième ne vient pas, la colère de son esprit prenant contrôle de son corps. Elle avance d'un pas. Un rire froid et sadique retentit dans les restes de la forêt. Une petite boule de feu percute Tina, la faisant tomber. Lorsqu'elle se relève, elle voit plusieurs sphères oranges qui foncent vers elle, suivies de traînées d'étincelles. Elle les esquive facilement, s'approchant toujours plus de l'endroit d'où elles sont émises. Elle le voit, celui qui a détruit son paradis, incanter flammes sur flammes. Elle porte son attention sur les sorts destructeurs, tout en bougeant rapidement entre les flammes. Chacun prend source à 5 pieds du Fléau, et se forme en une boule lors des quelques premiers pieds de trajet.
Elle se concentre, préparant toute son énergie. Le monde ralentit, elle se déplace de côté, un boule enflammée la frôle. Aussi légère et rapide que le vent, elle se projette en avant. Quelques instants plus tard, elle se retrouve à 4 pieds de la paume de la créature. La Boule de feu qui suit prend forme dans le dos de Tina, et continue sa course dans l'air, la laissant indemne. La femme empoigne Némesis des deux mains, prête à sauter en l'air pour le lancer contre un rocher proche. Elle le touche à peine que des arcs d'énergie jaillissent de son adversaire. Elle est repoussée à quelques mètres, la vision troublée, une sensation d'engourdissement dans les mains. La peur la prend, elle est sans défenses, embrumée. Quelques longues secondes passent, durant lesquelles elle n'entend que des gémissements, brisant le silence lourd des alentours.
Elle recouvre sa vision pour voir le Fléau vaciller, les yeux fermés. Elle s'approche de lui d'un pas ferme, et l'empoigne violemment. Il ouvre les yeux, et ne peut que subir sa force. Elle prend appui sur le sol, et saute haut avec la créature dans les bras. Arrivée à près de 10 pieds du sol, et le lance violemment contre un rocher ayant survécu à la magie.
Craquement sinistre.

"Après, je suis tombée inconsciente quelque instants, tant j'étais épuisée..."

Alors qu'elle retrouve le sol, toute la haine et la colère accumulée en Tina se manifeste. Elle ne se contrôle plus, son corps prend le dessus et des larmes accompagnent un cri de désespoir. Elle voit son vallon dévasté, elle sent la douleur du sol et l'énergie se manifeste. La matière proche de Némesis se liquéfie, les cendres fusionnent avec les graviers et la terre, le sol devient un étang d'impossibilité et l'air se solidifie. Tina hurle sa rage face à cette Ombre. Némesis ne peut bouger, prisonnier de cet étrange phénomène, mais il voit les sentiments de Tina se matérialiser autour du lui, un horrible arrangement de la matière, agressif, impitoyable.

"J'ai repris connaissance, et je me suis avancée vers le Fléau, et je lui ai parlé... Il est mort en m'écoutant. Le ciel était magnifique et je suis revenue au village après avoir regardé le couchant... Et là, le cousin m'a trouvée, et s'est occupé de moi avec l'Ancien pendant que je dormais!"

Une voix féminine, froide et grave, résonne dans la tête de Némésis.
"-Tu va le rejoindre, ton frère..."
La douleur déjà présente dans tout son corps, il sent un coup porté dans son épaule. Elle se brise. Un autre coup lui brise l'autre épaule. Il ouvre les yeux pour découvrir cette femme, celle qui aurait tué son frère? La voix reviens, plus sombre et cisaillante que jamais.
"-Tu n'aurais jamais du t'attaquer à moi. Venir me chercher dans mon village, dans mon vallon..."
La femme sanglote.
"-Tu as détruit mon vallon! Mon paradis!" Némesis reçoit un coup dans le visage à chaque mot de la phrase. Il a trop utilisé de magie. Quelle erreur fatale... Elle était insaisissable, chaque attaque, elle l'a évitée. Un autre coup dans le torse le ramène à la réalité. La femme est à genoux, et le tape machinalement, les larmes brouillant sa vision. Elle pleure.
"-Tu a été très forte... J'ai trop usé ma magie..." Les paroles sortent comme un courant d'air perdu dans un blizzard, mais Tina les entend. Elle arrête aussitôt ses pleurs, pour écouter.
"-J'ai apprésssié le combat, même sssi l'issssue ne me conviens pas entièrement...
-Pourquoi faut-il que vous vous montriez nobles uniquement face à la mort?!
-Sss'était la meilleure fassson de retrouver mon frère. Mersssi de m'avoir dit où il ssse trouve...
-Pourquoi? Tu ne m'écoutes même pas!
-Je t'entend très bien... J'ai enfin tout compris... Je sssuis délivré..." Et le dernier souffle du Fléau d'Ombre est consumé.
Un vent léger soulève les cendre en suspension dans l'air. Le soleil embrase le ciel de couleurs vives. Tina frappe le corps inerte à nouveau, de colère et de tristesse. Elle se lève, et contemple les restes de son paradis. Rien ne reste d'autre qu'une terre calcinée, uniformément rase. Aux abords du vallon, quelques arbres ont survécu aux projectiles enflammés. Un murmure se fait entendre, comme une prière silencieuse. Tina se retourne, et voit le corps écailleux se transformer en poussière, le temps ayant reprise son retard. Une bourrasque de vent soulève les restes, et disperse la poussière dans les collines.
Tina quitte l'endroit. Sur l'arrête, elle porte un ultime regard sur ce qui fut son terrain de joie. Un brun sombre, à peine des restes de relief, quelques rochers chanceux, rien ne subsiste de l'émeraude et de l'eau de ses souvenirs. Un ruisselet se remet à couler là où le torrent rugissait. Le soleil se cache derrière les montagnes à l'horizon. La nuit prend ses droits, tout est plongé dans la pénombre de la lune. Tina se retourne, et se dirige vers le village, le corps proche de l'exténuation et l'esprit enfermé en songes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GoldenredDragon
Novice
Novice
avatar

Nombre de messages : 18
Localisation : Suisse
Date d'inscription : 26/05/2006

MessageSujet: Re: Tina -- la Salle des Duels aux héros -- HdA   Ven 26 Mai - 10:47

Duel entre GoldenredDargon et Naliana, personnages Tina vs. Naliana.



Tina marche sur les quais grisâtres, la lune blanche haut dans le ciel. La clapotement des vagues calmes contre la roche apaise son esprit. Les temps récents furent durs. Elle passe devant un grand bateau amarré, et s'éloigne sous le "qui va là?" d'un marin. Elle se souvient des quelques années passées dans le village des montagnes, et verse une nouvelle larme à la mémoire de la créature des enfers, ce Fléau d'Ombre. Ses pieds la mènent au bout d'un ponton, et son regard explore l'horizon lointain, tout d'indigo profond, mer et ciel compris. Les étoiles sont voilées par la brume de la baie, et la lune éclaire la scène d'une lumière lugubre. Tina se retourne lorsqu'un vent léger se lève et passe au travers des maigres tissus qui la protègent des éléments. Sa conscience est divisée entre le paysage et le voyage qu'elle fit pour arriver à Marrienbourg. Les peaux-vertes qui tuèrent la famille d'un marchand avant qu'elle ne les élimine.

Tina quitte le port pour s'aventurer dans les ruelles voisines. Les coins sombres recèlent d'événements insolites, tous plus dissimulés les uns que les autres. Elle recherche un endroit précis, une cachette où elle avait mis une paire de gants de grande valeur avant son départ pour les montagnes. Des runes naines sont gravées dans le cuir et dans les renforts, absorbant la magie, au prix d'une fatigue extrême après leur utilisation. Un cri aigu retentit, et deux chats passent à côté de Tina plus rapidement qu'une ombre s'efface. Dans le coin d'un passage, deux corps s'enlacent avec passion, non sans bruit. Un homme est jeté hors d'une maison accompagné de grands cris venant d'une femme de forte corpulence. Alors que TIna croit s'approcher de sa cachette, elle arrive face à une scène étrange. La lumière passe entre les toits pour éclairer un détour de ruelle. Au sol gît un gueux, ses jambes tranchées écoulent du liquide vital, noir sous la lune blafarde. Ses yeux suppliants débordent de terreur. Face à lui, les jambes fines légèrement écartées en une pose ferme, une elfe aux cheveux blancs comme la mort parle, une épée longue et fine dans sa main. Du sang coule sur son poignet, issu de la lame argentée tachée de noir.

"-A l'éternité tu ne souillera point le sang pur des elfes. Toi, simple humain, a porté ta main sur une sylvaine, signe de ton inconscience. Ton acte, ton geste, ta folie vont te faire mourir! Proposer de vulgaires morceaux de métal couronne le tout, c'en est fini de ta vie, mortel!"

D'un grand geste circulaire, l'elfe tranche la tête silencieuse au niveau de la tempe. Une matière grisâtre se répand au sol, tandis que le corps inerte de l'homme expire ses derniers souffles, privé de son crâne et de ses jambes. Elle marmonne quelques insultes à la race humaine, si fourbes, stupides et ignares, tout en essuyant sa lame d'un coup précis de mouchoir.

***

Tina, dans l'ombre d'une ruelle, s'est arrêtée de respirer. Elle ne connaissait pas la race elfique ainsi, tant de violence cachée sous tant de grâce! L'elfe tourne la tête vers elle, et s'avance, des murmures de meurtres sortant de sa bouche.

"-Les humains... Tous faibles, tous égoïstes, tous des nuisances!" Les dernières paroles sont criées aux monde entier, fortes et puissantes.
"-Non, je ne..." A peine la phrase entamée que la lame voltige vers la tête de Tina, qui a tout juste le temps d'esquiver dans la pénombre.
"-Femme, tu aurais mieux fait de dormir, de rester dans ton sommeil sans rêves, retourne à la terre!"
Les attaques fusent rapidement, atteignant rapidement la limite des esquives de TIna, fatiguée et à bout de force par le voyage. Au même moment, la lune se voile d'un nuage sombre, plongeant la ruelle dans le noir total. Tina s'enfuit, ne voulant pas laisser l'avantage de la vision à l'elfe. Elle se repère au sons nocturnes de la ville pour éviter les murs et les obstacles. La lune revient rapidement, dévoilant la suite de son périple, une place. Elle entre à la course dans cet endroit libre, d'où partent cinq ruelles compactes. La lumière est resplendissante sur cette clairière dans la ville, et la statue au centre semble féerique dans le décors gris et bleu de la nuit.

Arrêtée face à cette petite place, Tina se retourne pour voir surgir l'elfe, l'épée devant elle. S'en suit un échange d'attaques et d'esquives hors du commun. L'elfe met tout ses talents à profit pour essayer de toucher cette humaine bien trop agile pour être normale. Elle est confiante, son arme garde Tina à distance, et frappe, pique et tranche à tout va. Alors qu'elle pense entailler la cuisse de l'humaine, celle-ci se déplace plus vite que l'air, et semble disparaître au monde, pour se retrouver à quelques centimètres de son visage...

***

Tina, après une esquive plus que bonne, parvient à fermer l'allonge de son assaillante. Elle peut sentir la tension de la femme, son corps tout proche. L'espace d'un instant, les deux femmes se regardent et se respirent. Le temps reprend sa dimension lorsque l'inertie de Tina revient dans la danse. La force accumulée de son déplacement envoie l'elfe contre le mur d'une maison avoisinante. A peine a-t-elle le temps de se relever que Tina lui porte une série de coups de poings et de paume violents. Les mouvements d'esquive de l'elfe empêchent l'humaine de frapper en des points mortels, mais rien n'y fait; ces quelques secondes meurtrissent le corps svelte de l'elfe sylvaine. Cette dernière parvient à se dégager de l'humaine, et reprend son allonge. Un filet de sang coule de sa lèvre inférieure, donnant un coté bestial à la figure féminine, les cheveux en bataille.

"-Tu aurais du mourir à la première frappe, humaine!
-Je ne faisais que passer mon chemin!
-Erreur de ta part! Tu ne t'en sortira pas cette fois, pitoyable personne!"

La colère est telle dans les yeux de l'elfe que Tina tressaille, elle ne connaissait pas les elfes sous cet angle de folie! La gentillesse, l'amour, la joie, où étaient-ils partis dans cette femme sylvaine si forte dans la nuit? Tina se pose des questions le temps d'un battement d'aile de papillon, le temps nécessaire à l'elfe de prononcer un mot inconnu aux hommes. Les poings de l'elfe s'embrasent, son épée de range seule dans son fourreau. Tina voit là l'oeuvre de la magie, et prépare mentalement son corps à esquiver les énergies mystiques. Une boule rougeoyante éclaire la place, le reflet rouge se propage sur les fenêtres des maisons de bois. La formation incandescente percute un baril d'eau de pluie contre un mur, projetant de la vapeur aux cieux. Tina est à quelques mètres de la trajectoire de flammes, une esquive réussie à nouveau...

Un deuxième projectile ne tarde pas à quitter la paume de l'elfe, suivit de plusieurs autres boules calcinantes. Tina danse au milieu de la magie, esquivant la force et la rapidité de l'elfe. Un vent malsain se lève, alors que l'humaine parvient à atteindre une des sorties de la place, menant vers le port. Elle se retourne pour voir le quartier monter aux cieux, une tornade de flammes rouges, jaunes et blanches dansant autour des restes de maisons. Quelques râles étouffés s'échappent des décombres épargnés par le feu, tandis que Tina poursuit sa course vers le port, là où elle trouvera peut-être son salut. Elle sait bien qu'elle n'est pas de taille, mais elle résiste l'envie de venger les hommes et femmes morts dans la destruction du quartier.

***

Quelques minutes de course effrénée plus tard, Tina retrouve le port et les quais. Le souvenir de sa recherche lui vient, ainsi que l'endroit de la cachette. Elle se repère rapidement, et trouve un coffret de petite taille. Elle l'ouvre sans difficulté, et y prend une paire de gants dont les paumes luisent de lumière de lune. Elle met précipitamment le droit. Puis elle cache le coffre sous la dalle d'où il est sorti, et elle s'éloigne de l'endroit, retournant à l'air libre de la brise portuaire. Alors qu'elle mets le gant gauche, un entrepôt s'envole dans une tornade sinistre, illuminée par l'argente lumière de la lune. Sa main est recouverte au moment où l'elfe en furie marche hors des ruines.

"-Tu ne t'enfuira pas une nouvelle fois humaine!"

Profitant de l'instant d'inattention de l'elfe, Tina se retrouve à nouveau proche de son corps. Elle sourit en voyant l'expression étonnée de l'elfe, et l'enserre de ses bras. Les deux femmes tombent au bas du quai après une glissade sur les pavés. La marrée retirée, elles sont sur une plage de galets sablonneux. Un vent puissant se lève, tournoyant autour des deux femmes. Tina reconnaît à nouveau la magie de l'elfe, celle qui fait une arme du vent. L'humaine sourit, heureuse d'avoir eu le temps de retrouver et mettre ses gants. Les deux femmes tournent et culbutent, sans jamais lâcher prise, tenaces dans leur affrontement. Le vent accélère autour des combattantes, quelques instants, avant de retomber dans le silence. Les deux mains de Tina sont pressées des deux cotés du corps de l'elfe, et luisent de la lumière lunaire. L'elfe se sent impuissante, et inutile, incapable de bouger. Elle sent l'énergie la quitter au travers de sa magie. Elle fronce les sourcils, tandis que le vent recommence, dans le sens opposé cette fois-ci. L'elfe est terrorisée, elle ressent les effets de sa propre magie, celle qu'elle a conçue sur des années de pratique! Dans le désespoir, elle se souvient d'un magie rare, et puissante.

Tina ne sent ni le vent tourner autour d'elle, ni la magie couler hors de son corps, n'étant que catalysée par ses gants. Tandis qu'elle observe la magie de l'air, elle garde l'elfe au sol, toute sa force physique concentrée sur cet être. La température monte soudain en flèche, et l'elfe sourit à son tour, tandis que s'embrase l'atmosphère ambiante. En quelques secondes, les flammes s'ajoutent aux vents dévastateurs, chacun de sa magie propre, une danse entre deux éléments volatiles. Le corps de Tina s'échauffe, mais elle garde son calme, et cherche une solution. Elle la voit dans le clapotement des vagues à quelques mètres de là. Sa prise sur le corps de l'elfe se raffermit encore, et les deux femmes roulent sous l'impulsion de Tina. Les vents et les flammes suivent la trajectoire courte, noircissant les galets et vitrifiant le sable. L'eau se retire pour une nouvelle vague au moment où Tina espère l'atteindre. Une culbute plus tard, les lutteuses prennent le mur d'eau de plein fouet. Instantanément, les flammes disparaissent, les vents s'atténuent, et la brise nocturne reprend ses droits...

***

L'elfe est immergée dans l'eau salée de la mer, la tête contre le sable, et deux bras puissants la tiennent fermement. Elle panique, sa respiration retenue, pour combien de temps encore se demande-t-elle? Les images affluent dans son esprit. Des elfes qu'elle a aimés. Une aventure courte et amusante avec un groupe d'humains. Les arbres majestueux de son village natal. Déconcentrée, elle ne parvient pas attaquer l'humaine correctement. Le flux et reflux des vagues bouscule Tina qui pourtant garde sa prise forte. Elle voit et sent l'elfe qui donne des coups de pieds et de poing, ses armes perdues, sa magie inutile. La fille de la forêt se débat violemment dans l'eau, quelques secondes d'air dans ses poumons. Les vagues calmes caressent leurs corps, leurs regards se croisent. Celui de l'elfe est haineux et vengeur sous les remous de l'eau. La sylvaine ne peut distinguer le regard de l'humaine au travers de cette eau salée. Ce regard qu'elle ne peut voir est triste...

Les derniers instants sont passés. Un dernier coup vers cette femme, et ses poumons décident pour elle de respirer. L'eau entre dans sa bouche. Le sel pique sa gorge tandis que le liquide s'engouffre dans la poitrine de l'elfe. Son corps se raidit aussitôt. Tout devient noir.

***

Tina sent que l'elfe ne résiste plus, et la porte jusqu'à la plage. Ses yeux sont ouverts vers le ciel, une teinte suppliante se dessine dans son expression figée. Elle est trempée, sur son visage quelques gouttes glissent telles des larmes.

"-C'était stupide..." Tina murmure au monde qui l'entoure, ravalant ses pleurs.
Elle prend l'elfe, et de quelques mouvements, fait cracher l'eau de mer des poumons de la noyée. Elle semble alors embrasser celle qui fut son ennemie, plusieurs fois de suite, la durée d'une naissance. Les vagues frappent la plage rythmiquement, la brise nocturne souffle calmement.

Brusquement, l'elfe se réveille, et tousse fortement, des spasmes parcourant son corps. Sa crise passée, elle se couche sur les galets lisses et regarde la lune.

"-Je suis désolée." Tina s'élance en courant, l'elfe se relève et la voit courir le long de la plage.
"-Adieu!" Elle la voit disparaître par un escalier.

Tina s'arrête pour récupérer le coffre sous la dalle, et repart aussitôt pour la sortie de Marrienbourg. Elle s'y retourne, et observe cette ville d'émotions, puis regarde les gants qu'elle a aux poignets.
"-Je ne pouvais rester, les suivants m'attendent..."

Ses habits sont noircis par le feu, et déchirés par les mouvements. Ses cheveux ont perdu de leur intensité. Son corps est meurtri par la magie et ses mouvements de combat. Elle est totalement exténuée par la nuit qu'elle vient de vivre. Elle ouvre le coffre et y trouve quelques couronnes d'or, un médaillon en argent, et une paire de gants en cuir. Elle fait l'échange entre les runiques et les normaux.

"-Je dois trouver de quoi me rafraîchir." Tina part en quête d'un refuge ou d'une auberge pour la fin de la nuit, et s'élancera sur les routes dès le matin, pour rejoindre sa prochaine destination...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thor HDA
Habitué
Habitué
avatar

Nombre de messages : 91
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 13/05/2006

MessageSujet: Re: Tina -- la Salle des Duels aux héros -- HdA   Mar 13 Juin - 18:13

GoldenredDragon a écrit:
son sang coule comme d'une outre percée.

lol

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paleontologia.free.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tina -- la Salle des Duels aux héros -- HdA   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tina -- la Salle des Duels aux héros -- HdA
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» murs salle de bains
» Eclairage basse tension salle de bain
» probleme de percage carrelage dur salle de bain
» L'image du jour : salle des gardes du château d'Issogne 1499-1509
» La salle de réception

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ECRIVAINS-FR :: Extraits-
Sauter vers: